28 juin 2017

Interview | Le roman graphique de Maïté Verjux

Interview - Le roman graphique de Maïté Verjux


Helloow' !
Comment allez-vous ? Dites-moi tout ! Vous préparez vos vacances ? Vous cherchez un job d'été (ça tombe bien c'est le thème du prochain article) ? Vous passez encore des examens ?

Avec cet article, je lance une nouvelle catégorie sur le blog, qui me trottait en tête depuis un moment mais que je n'avais pas le temps de mettre en place à cause du mémoire : des projets que j'apprécie ! Pour le moment cet article apparaîtra dans ' lifestyle ' car je n'ai pas encore mis à jour la navigation du blog. Mais à terme, j'aimerais de temps en temps vous présenter des projets que je suis, d'amis, d'amis de mes amis, de blogueuses, bref ... Tout est possible ! Le but est de les présenter à travers mon point de vue, puis de vous proposer lorsque c'est possible, une petite interview de leurs auteurs ! Alors, vous êtes partants ? Donnez-moi vos avis dans les commentaires :)

Ah, et j'oubliais ! Cet article rentre aussi dans le défi d'écriture du Café des Blogueuses (décidément, quelle polyvalence de mes textes !), alors voici deux blogs que j'aime bien visiter (en plus du blog de Maïté que vous retrouverez en bas !) :

My sweet cactus | Parce que Léa partage des tas d'astuces super pratiques dans la joie et la bonne humeur ! J'apprends beaucoup grâce à son blog :)
La belle bleue | J'adore les dessins humoristiques de Marina, entre ça et ses anecdotes hilarantes qu'elle poste au quotidien sur sa page Facebook, je ne m'ennuie jamais !

_____________________________________________________________

Petite Balade et Grande Muraille

Maïté Verjux


Si vous avez pensé à la Chine en lisant le titre, alors vous êtes au bon endroit. Maïté Verjux, du haut de ses 24 ans, a monté un projet ambitieux : s'expatrier durant 3 mois dans le plus grand pays du continent asiatique. Et elle a choisi de raconter des brèves de sa vie là-bas en bande-dessinée. 

" Petite balade et Grande Muraille, ce n'est pas vraiment un carnet de voyage, ni une bande dessinée autobiographique, mais plutôt un condensé de petites tranches de vie, souvent absurdes et un peu honteuses. Celles qu'on partage volontiers à des proches bienveillants, qui n'oseront (généralement) pas se moquer trop fort. " Maïté Verjux

L'auteure a choisi un style qualifié d'écriture inclusive, puisqu'elle est elle-même personnage de cette BD, ou plutôt roman graphique. C'est plutôt sympa ça, non ? Personnellement, j'ai eu l'habitude de lire des BD où tous les personnages sont purement fictifs (bien qu'inspirés de la vie réelle, bien évidemment), alors c'est un parti pris qui m'intrigue particulièrement.



Communiquer par le dessin


C'était là l'ambition de l'auteure à son arrivée en Chine : ne parlant pas un mot de mandarin, elle a décidé d'exprimer ses choix de vie, notamment alimentaires (elle est pesco-végétarienne) en présentant des cartes postales dessinées par ses soins dans les restaurants. J'ai trouvé le concept novateur, osé et vraiment bien pensé ! Après tout, qui n'a pas galéré à l'étranger pour se faire comprendre dans une situation lambda, quand on ne parle pas la langue-cible ? J'ai toujours eu la chance d'avoir quelques bases des langues des pays que j'ai visités, mais on évite bien des malentendus avec un concept pareil.


Carte postale alimentaire
Carte postale réalisée par Maïté Verjux


Un projet que vous pouvez soutenir


Maïté a travaillé pendant près de deux ans afin de finaliser ce roman graphique qui compte pas moins de 184 pages. Elle a livré des anecdotes plutôt personnelles dans un style de dessin de qualité : son coup de crayon, livrant bien des détails sans pour autant prétendre reproduire la réalité exacte, est très agréable à regarder (les images chargées de personnages et d'objets divers m'ont un peu fait penser aux livres Où est Charlie ? ahaha).

Si vous avez apprécié les extraits de ses dessins dans mon article, sachez que vous pouvez l'aider à concrétiser l'édition de " Petite Balade et Grande Muraille " en faisant un don via sa campagne Ulule (même qu'elle a été mentionnée par Topito !). Ces derniers débutent à partir de 5 euros et s'étendent jusqu'à la somme que vous désirez (bien que le dernier palier s'achève à 500 euros). Maïté vous propose des contreparties vraiment sympathiques, et quel que soit le montant que vous voudrez bien offrir pour son projet, vous serez gagnant ! Rien qu'avec 5 euros vous pouvez obtenir les fameuses cartes postales en PDF, alors pourquoi se priver ? Foncez voir la campagne, tout est expliqué, et en images s'il vous plaît !

A l'heure où j'écris cet article, la campagne a atteint son but original mais elle est toujours en cours, car l'argent supplémentaire récolté pourra permettre à la maison d'éditions d'imprimer davantage d'exemplaires, et pourquoi pas à l'auteure de réaliser de nouveaux projets ? Il reste une bonne semaine pour participer, n'hésitez plus !

La colocation en Chine
Extrait d'un dessin de " Petite Balade et Grande Muraille " par Maïté Verjux


Quelques mots sur l'auteure


A l'occasion de cet article, j'ai posé six questions à Maïté, en essayant d'être la plus originale possible (même si entre nous, y a encore du boulot ...). Voici ses réponses !

1/ Salut Maïté ! Merci d'avoir fondé un si beau projet ! Mais dis-moi, pourquoi la Chine ?
Il y a eu plusieurs raisons à ce choix… Je voulais pouvoir travailler sur la communication par le dessin (donc éviter un pays trop anglophone ou dans lequel j’aurais pu parler en français),  découvrir une culture qui m’était totalement inconnue, et être également assez loin de chez moi pour ne pas risquer de rentrer à la moindre contrariété. De plus, j’avais réalisé 2-3 ans auparavant un stage aux éditions Fei, une maison d’édition de BD franco-chinoise. Les connaissant bien, je me suis dit que l’idée d’un roman graphique sur l’immersion d’une française en Chine pourrait leur plaire… Et il s’est avéré que ça a été le cas !  

2/ Qu'est-ce qui t'a motivée à adopter un style d'écriture inclusive ?
Je m’intéresse depuis quelques années au féminisme, et j’ai découvert l’écriture inclusive dans le milieu militant, sur des sites ou des groupes sur les réseaux sociaux. C’est alors que j’ai réalisé cette petite BD explicative sur l’origine de l’écriture inclusive et la féminisation du langage qui a été vue plus de 20 000 fois ! J’ai eu le sentiment qu’il y avait une vraie demande d’ouvrages inclusifs,  et que ceux-ci ne devaient pas forcément avoir une thématique féministe si on voulait que ce style d’écriture soit partagé auprès du grand public. 

3/ As-tu visité la fameuse Grande Muraille qui a donné le nom à ta BD ? C'était comment ? 
J’y ai passé tout une journée et c’était un sacré périple… À cette période, une amie m’avait rejoint sur place, et nous voulions impérativement aller dans une partie peu restaurée de la muraille, pour s’éviter une foule dense de touristes, et profiter pleinement de l’authenticité du lieu. Après un réveil à 4h du matin, nous avons pris le métro, un bus, un faux taxi et fini par 3km dans la remorque d’un vélo électrique. Il était 8h30 à notre arrivée, il faisait -8 degrés, mais nous étions ravies du paysage incroyable qui défilait devant nos yeux… Nous étions parfaitement seules au milieu de nulle part, et l’expérience était assez magnifique. La partie la plus délicate a été de rentrer, puisqu’après 3h de balade, nous n’avions toujours croisé personne et n’avions aucun moyen de rentrer… Mais ça, c’est une autre histoire ! 

4/ Quelle a été l'anecdote la plus marrante à dessiner ? 
Je ne l’ai pas encore dessiné, mais je pense que ça sera justement celle de la Grande Muraille, et de notre rencontre un peu improbable avec une guide chinoise, au moment de repartir. En apprenant que nous n’avions pas prévu de moyen de retour, elle nous a sermonné dans un anglais irréel pendant un bon quart d’heure, puis en a conclu que c’était normal parce qu’on avait 14 ou 16 ans à tout casser, et que nos parents étaient vraiment irresponsables de nous avoir laissé seules à l’autre bout du monde. On avait quasiment 10 ans de plus que son « estimation », et il  s’est finalement avéré que c’était elle la plus jeune de nous 3, mais ça n’a pas semblé la gêner.

5/ As-tu l'intention de réitérer un projet similaire mais avec un autre pays ?
Je ne sais pas du tout pour le moment, je pense que ça dépendra principalement du succès de ce livre ! Il nous reste une semaine avant la fin de la campagne, et j’espère vraiment que nous dépasserons les 12 000 euros ! Ça me permettrait notamment de rembourser ce voyage, qui était évidemment entièrement à mes frais.

6/ As-tu d'autres projets dessin / écriture en tête ?
Pour le moment, j’ai encore 3 ou 4 mois de dessins sur celui-ci donc il m’est assez difficile d’envisager la suite, mais pourquoi pas des petits strips sur « les questions stupides qu’on se pose » ? Je pense aussi qu’il me faudra prendre un peu de vacances à la fin de ce projet pour prendre du recul sur la suite !


Planches de la BD
Extrait en noir et blanc de planches de la BD par Maïté Verjux


L'avis de Rin


Si ce projet a attiré mon attention, c'est avant tout parce que, certains le savent, je suis passionnée de dessin depuis toute petite, même si ces dernières années mes coups de crayons se raréfient. De plus, le contexte se situait en Asie, et même si, entendons-nous sur un malentendu, la Chine et le Japon sont des pays totalement différents, cela a évoqué des souvenirs en moi. 

Je trouve que les campagnes de financement participatif sont un bon moyen de soutenir les projets qui nous tiennent à coeur ou nous rendent simplement curieux. C'est aussi une façon de faire partie intégrante du projet ; n'est-ce pas super gratifiant de se dire que notre don a pesé sur la balance et a peut-être permis l'aboutissement de ce dernier ? Je trouve qu'en investissant dans ce type de projets, l'on se rapproche de leurs auteurs, on leur témoigne un réel soutien et surtout, avec l'existence des paliers, l'on ne se sent pas " ridicule " si l'on ne peut donner que  5 euros quand d'autres en donnent 50.

Si à l'origine cet article a été fait dans le cadre d'un petit partenariat (car Maïté m'a gentiment proposé de relayer mon article sur ses RS et ceux de la maison d'éditions afin d'améliorer ma visibilité), je pense sincèrement que je l'aurais rédigé même sans cela, car c'est pour moi un projet méritant d'être abouti. Je suis d'ailleurs très tentée de m'offrir " Petite Balade et Grande Muraille " quand mon pauvre budget me le permettra.

Le dragon du zodiaque chinois
Dessin des animaux du zodiaque - le dragon, par Maïté Verjux

_____________________________________________________________

Maïté : blog | facebook 
Editions Fei : site | facebook
_____________________________________________________________

Ce projet vous a-t-il plu ?
Souhaitez-vous voir davantage de ce genre d'articles ?


Love,
Rin


Opinions

  1. C'est un super projet et une fille qui en veut ! J'avais pris beaucoup de plaisir à l'interviewer pour mon blog également. Il ne reste plus beaucoup de temps avant la fermeture de sa cagnotte, même si le seuil est atteint j'espère qu'elle pourra le dépasser de loin !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis bien d'accord avec toi, c'est un super projet ! J'avais bien aimé ton interview d'ailleurs.
      C'est super que le seuil ait été atteint ! Et j'espère aussi qu'elle le dépassera, comme ça elle pourra davantage s'investir :)

      Supprimer
  2. Cette BD a l'air vraiment sympa, je trouve que c'est une idée vraiment originale ! En tant que voyageuse, je pense que je me retrouverai beaucoup dans certaines des situations qu'elle a vécu, c'est vrai que ça peut être cocasse parfois. Et j'aime beaucoup son style de dessin !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ton avis Alice :) Je suis d'accord avec toi, elle a un joli coup de crayon et j'avoue qu'en tant que voyageur on peut s'y retrouver ! :)

      Supprimer