19 mars 2016

Stage intensif : semaine 1

Hey Hey !
(Ne cherchez pas de rapport entre le titre et la photo d'intro, il n'y en a pas. Désolée d'avance du manque de photos de cet article, mais je n'avais rien pour illustrer mes propos ...)

Hop, la semaine est passée assez vite, et avec elles son lot de mauvaises nouvelles enchaînées. Heureusement pour moi elle s'est achevée sur une bonne note, ce qui m'a redonné la pêche pour ma dernière semaine de stage. Et puis, c'est le week-end ! Qui n'est pas content d'être en week-end ?

Mardi, le stage intensif a débuté. La journée commençait mal avec mon iPod qui, après 6 ans de bons et loyaux services, a décidé de rendre l'âme lorsque j'avais le plus besoin de lui. Paix à son âme. J'étais donc terriblement nerveuse une fois au boulot car je devais finir de mettre en place mes cours et je n'avais pas encore tous les éléments en main pour ce faire. Et bien que je sois l'impératrice de la procrastination, quand le résultat n'influence pas seulement moi j'aime autant préparer correctement ce que je fais. Bref, tout ce blabla pour dire que le 1er quiz que j'ai animé était une catastrophe : le café de l'Institut qu'on occupait était tout petit, les étudiants n'écoutaient pas plus que cela, fatigués de leur 1ère journée, j'étais super intimidée et il y avait trop de questions -difficiles- pour trop peu de temps. Mais je ne me suis pas laissée démonter et j'ai tenu bon jusqu'au bout.

Le soir, j'ai rejoint un ami qui venait d'arriver sur Tokyo pour la 1ère fois, je me suis dit que ce serait plus cool pour lui qu'il ne passe pas son 1er repas tout seul. Il était venu jusqu'à ma gare et dépassée par mes tâches au boulot je n'ai pas vu l'heure tourner et je suis arrivée en retard. On est allés jusqu'à Shinjuku et je l'ai embarqué dans une boutique du nom de Sekaido, un genre d'immense papeterie et autres objets décoratifs. 7 étages de pur bonheur : cahiers, stylos, feuilles, classeurs, matériel de calligraphie, de photo, cadres, matériel de manga ... Il y en avait pour tous les goûts. Pour ma part j'étais venue faire du repérage pour acheter du matériel de calligraphie pour poursuivre mon apprentissage en France.
Après notre petite escapade à Sekaido nous sommes allés manger dans un restaurant servant des plats typiquement Japonais pour pas trop cher (et en plus ils indiquent les calories de chaque plat, si ce n'est pas beau !) du nom d'Otoya, avant de se séparer pour rentrer chacun chez nous.
A la maison j'ai essayé de boucler une réservation pour mon voyage dans le Kyûshû (l'île la plus au Sud du Japon) mais j'ai eu bien des galères malgré l'aide de mon grand-père d'accueil. Epuisée, j'ai laissé tomber pour ce soir-là et j'ai dormi.

Le lendemain, j'étais légèrement plus détendue mais ce n'était pas encore ça. J'ai réduit le nombre de questions du quiz et cette fois nous avons été dans la cour de l'Institut, c'était beaucoup plus pratique bien qu'il fasse un peu froid. Le temps est super changeant en ce moment, même si le baromètre s'est enfin stabilisé à 15-16°C en journée il arrive qu'on ait un méga soleil et des températures très clémentes et le jour d'après une pluie battante, comme ce matin. En tout cas le quiz s'est mieux passé pour tout le monde.
Le soir rebelote pour le Kyûshû mais les bonnes offres repérées le midi étaient déjà expirées le soir. J'étais donc repartie pour des recherches intensives de billets à prix pas trop abusés mais en période de fin de vacances scolaires et de floraison des cerisiers imminente, c'est quasiment mission impossible.

Le jeudi, grosse panique : je donnais mon tout premier cours en autonomie et je n'étais pas prête. Malheur ! Mais bon au final j'ai bouclé ma préparation du cours de théâtre en fin de matinée et ai pu commencer celle du double cours de culture de samedi.
Contre toute attente, le cours s'est super bien passé : j'ai réutilisé les cours que je pratique moi-même à Montpellier et ils ont participé à tout, brillamment, même les quasi débutants en français ! J'étais agréablement surprise. En plus ils m'ont dit s'être beaucoup amusés, on a bien rigolé tous ensemble c'était une joie de les avoir. Et puis ils sont vraiment super créatifs, enjoués, dynamiques et très volontaires alors c'était génial. Du coup j'étais d'excellente humeur pour le quiz sur l'histoire et tout s'est bien passé.
Le soir par contre c'était moins drôle : une fois à la maison j'ai voulu boucler mon vol pour Fukuoka mais à la place j'ai reçu un mail du CROUS disant que je leur devais de l'argent car la CAF ne me versait plus mes aides au logement. Euh, merde quoi ! J'ai tout payé d'avance avant de partir, je n'ai pas été prévenue d'une quelconque suspension (en plus pour une erreur dont je ne suis pas responsable) et me voilà endettée ... La bonne blague. Ca m'a pris une partie de la soirée de régler ces ennuis du coup je n'avais plus du tout la tête pour mon voyage, à minuit je n'étais toujours pas douchée j'ai tout envoyer valser pour finalement me coucher à 1h. Super.

Hier, journée dans le rush le plus complet : de 9h45 à 10h30 je préparais à fond le diapo pour le cours d'aujourd'hui (à force de procrastiner en pensant que j'avais le temps je n'en avais plus) et j'ai observé une classe, qui m'a un peu refroidie vu comment la prof (pourtant super sympa) était très expéditive avec les étudiants, puis je suis retournée bosser jusque 14h où j'ai assisté au cours de théâtre cette fois. L'un des des enseignants faisant 2 têtes de plus que moi et pas très loquace me faisait un peu peur mais en fait il est super sympa, il m'a demandé pourquoi et où je faisais du théâtre.

J'ai fini mon Power Point jusqu'à 18h40 environ après avoir fait le quiz sur la gastronomie et j'allais pour rentrer mais je suis tombée sur le fameux tournage du drama dont je vous avais parlé. Le staff était là depuis midi mais on n'avait rien vu. Et j'ai atterri en plein tournage nocturne, à quelques mètres à peine de l'acteur principal Fukuyama Masaharu que je vois à peu près tout le temps à la télé. Enorme. J'ai assisté tranquillement sans gêner, en silence (bon ok j'ai pris un micro-film et des photos en cachette alors que c'est interdit) et ils ont attendu 15 min et au moins 4 prises avant de m'engueuler et de me dire de partie car " c'est interdit de regarder le tournage ". Je me demande encore en quoi je les gênais, j'étais juste curieuse et j'avais déjà vu le tournage de Fiston (avec Franck Dubosc et Kev Adams) à Aix et tout avait été. Mais les Japonais sont particuliers que voulez-vous ... Bref ! Un peu refroidie de cette expérience alors que je trouvais ça fascinant de les observer filmer, bouger la caméra, ajuster l'image, donner des consignes aux acteurs (Fukuyama faisait des exercices d'étirement entre deux prises et s'était mis une barrette rose pour relever sa frange qui le gênait, une vraie fille quoi, puis en bon Japonais il checkait tout le temps son portable), je suis rentrée chez moi.




Le soir j'ai fini par réserver mon vol pour me changer les idées après avoir téléphoné à mon copain pour faire passer le blues de la semaine,  mais entre nous vus les explications douteuses du site ça sentait l'arnaque à plein nez.

Ce matin, j'étais encore plus anxieuse que jeudi car là je donnais un cours de 3h non pas de théâtre mais de culture française. J'avais fini mon diapo la veille et je n'ai pas eu le temps de le bosser alors j'y suis allée au feeling comme on dit. Et bien ça s'est bien passé, avec mes deux groupes. Ils ont aimé mon cours, m'ont félicitée, applaudie même, j'étais trop contente. Je suis sûre de vouloir devenir prof.
Après le cours je suis allée manger des pâtisseries avec 4 de mes étudiantes : Sonoko, Kiriko, Ayaka et Nana. On a pas mal discuté et ça a fini que Sonoko a décidé de m'accompagner à Fukuoka pendant 4j et que comme Ayaka est originaire de là-bas (elle est venue à Tokyo juste pour le stage intensif, quelle ténacité !), elle nous fera visiter. Le plan de rêve !!



On s'est séparées un peu avant 19h et je suis allée à Akihabara, le quartier électronique, où j'ai déambulé pendant une heure dans les rues illuminées de mille panneaux publicitaires qui me tuaient les yeux, été abordée au moins  10 fois par des Maids habillées en soubrette, militaire, personnage de manga et j'en passe pour aller dans leurs cafés ultra cher à la clientèle orientée " vieux mec dégueu en manque ", pour chercher un cadeau pour mon copain qui, malheureusement, n'est plus en vente depuis un bout de temps.




Je suis donc rentrée bredouille à la maison sur les coups de 22h après avoir mangé et effectivement, comme je le sentais, le site pour le billet d'avion + une nuit d'hôtel, devant me coûter à la base 36 000 yens et quelques était passé à 42 000. Comme ça sans pression, tout va bien. Bien sûr je vais annuler et je compte sur l'efficacité de Sonoko et Ayaka pour trouver LE bon plan ! Après tout elles sont Japonaises ... eheh.
Sur ce je suis K.O et je compte bien rattraper toutes ces heures de sommeil en retard en me faisant une nuit de 10h complètes. J'aurais dû bosser mais n'ayant même pas l'énergie pour regarder le dernier épisode de Once Upon A Time, comment pourrais-je travailler correctement ?
Bref, bonne journée et à bientôt !

Opinions

  1. Je vais t'appeler Madame la professeure maintenant héhé !
    Pour le tournage ils se sont dit que tu allais dévoiler tout ce que tu as vu sur les réseaux et donc gâcher tout le suspens ! Sacrilège ! =P

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mdr pas encore, dans un an si tu veux :P
      Ouais voilà mais qui en a à fiche chez les français que je parle d'un drama japonais nunuche au possible ? XD

      Supprimer