6 févr. 2016

Métro-boulot-dodo

http://discove-rin.blogspot.com/2016/02/metro-boulot-dodo.html

Hey hey !

Vous connaissez ce dicton, je ne vous apprends rien, n'est-ce pas ? Eh bien vous remplacez métro par train et ça donne mon rythme de vie à Tokyo depuis mon arrivée. Sans exagérer !

UNE JOURNEE-TYPE DE STAGE

Je vais généralement au travail pour 9h30. J'avais dit que j'irai pour 9h mais avec le trajet que j'ai je suis tout bonnement incapable de me lever à 6h30 donc je me lève tous les matins à 7h10. Je m'habille, je prends mon petit-déjeuner en 4ème vitesse (ma prof a la gentillesse de toujours m'avoir sorti couverts et cie, jus de fruits et fait griller des toasts, du coup je gagne un peu de temps), je finis de me préparer et j'enfourche le vélo à 8h00. Oui parce que je fais ma Japonaise et je vais à la gare en vélo, je le gare dans un parking surveillé la journée par des retraités bénévoles, gratuit, si c'est pas beau. Si le temps est pluvieux, j'y vais à pied et je dois partir 10 min plus tôt (pour l'anecdote : l'autre fois je me suis fait surprendre par la pluie et le soir il a bien fallu ramener le vélo, j'ai voulu faire comme tout le monde ici et tenir mon parapluie d'une main et conduire de l'autre, très mauvaise idée, j'ai perdu le contrôle du vélo et j'ai foncé dans une barrière, heureusement d'ailleurs parce que la chute au sol si j'avais buté sur un trottoir aurait été plus violente ... donc s'ils annoncent de la pluie je ne touche plus au vélo, ça m'a fait assez peur comme ça).

Puis c'est l'heure du train bondé. A 8h20 c'est impitoyable : local ou express, les trains sont archi pleins, les gens se poussent et se bousculent, s'entassent jusqu'à ce qu'il n'y ait plus un millimètre carré d'espace vital. En plus moi je dois faire selon les jours 2 ou 3 changements, le pire étant à Shinjuku, la plus grande gare du Japon, et donc par conséquent la plus fréquentée. C'est atroce, et franchement il faut se doter d'un 6ème sens pour réussir à se frayer un chemin dans cette gare sans se perdre, se faire piétiner et bousculer par les gens pressés qui zigzaguent dans tous les sens. C'est l'anarchie, vraiment. Je déteste ça.

Une fois sortie du train, j'ai encore une petite dizaine de minutes de marche jusqu'à l'Institut. Là-bas, je bosse donc de 9h30 à 12h30 la plupart du temps, et je me prends une pause d'une heure avant de reprendre jusqu'à 18h. Je choisis mes horaires donc je fais un peu ce que je veux, mais j'essaie d'être régulière, parce que de toute façon je dois caser 7h30 par jour. Bon je ne le fais jamais vraiment à la minute près mais dans l'idée c'est ça.

Et à 20h (parce que de 18 à 20 je reste bosser mes cours pour être tranquille, je n'ai pas la foi ni la concentration pour bosser à la maison après ma journée de boulot), si on ne me retient pas pour X raison à l'institut, je file faire le chemin inverse. Le soir il y a plus de trains et je rentre un peu plus vite mais ça reste une expérience affreuse que d'être collé devant, derrière, à droit et à gauche par des gens, scotchés à leur téléphone, jouant des coudes (qui finissent souvent dans mes côtes ou mes omoplates, cool non ?) pour avoir un peu d'espace. Mais mince, vous comprenez pas que PERSONNE n'a d'espace ? Du coup je fais comme eux, je pousse, je m'installe, je prends mon portable et je lis un ebook, faute de mieux (je n'aime pas lire sur un smartphone mais je me vois très mal livre un livre debout, les bras collés au corps et le nez dans le livre). Et puis une fois de retour à la maison, généralement comme je rentre à bien 21h30 je mange, je me douche, je regarde un peu mes mails et je suis tellement crevée que je vais me coucher direct. Sympa la journée hein ? Je n'ai le temps de rien, j'ai même pas la force de regarder une série ou de bosser le soir, et encore que j'ai l'impression de ne pas assez dormir. Pour moi qui ai cette tendance à me coucher à 3h du mat' et me lever à 11 en France, ça me fait bizarre d'avoir une réelle envie de dormir à 22h -et de m'endormir vite.

Bref, vous l'avez compris, c'est chaud. Le pire est quand je m'autorise à sortir le soir après le boulot pour souffler. Je fais souvent sauter les 2h pour bosser mes cours, et puis je rentre plus tard donc je passe de 7 à 5h de sommeil en un clin d'oeil le temps de me doucher et tout. C'est chaud mais bon, je survis eheh.
Je suis en week-end le dimanche et le lundi, c'est moi qui ai choisi de bosser le samedi, c'est plus intéressant le samedi à l'Institut. Souvent je sors, ou alors je bosse à la maison. Lundi dernier, j'étais malade donc j'ai passé la journée au lit à alterner entre séries et boulot. J'ai presque bouclé un dossier !

Sinon le stage se passe très bien, je suis contente, on me donne des responsabilités, j'ai l'occasion de mettre en pratique mes connaissances. Les profs qui ont accepté de me laisser observer leurs cours sont sympathiques, on avance comme on peut sur le stage intensif, et comme je taquine un peu Photoshop on me donne parfois des missions graphiques. J'ai fait un flyer pour un événement de cours gratuits dans le cadre du festival de la Francophonie la semaine dernière, et c'est d'ailleurs moi qui vais faire la mise en page du flyer pour ce festival. Il aura lieu le 26 Mars, mon dernier jour de stage, et il y aura plusieurs stands de nourriture, activités, culture etc. à l'Institut, ça va être sympa.

Sinon anecdote, il se passe des tas de choses à l'Institut : très régulièrement il y a des shootings photo, puis aussi des journalistes venant pour des émissions, et même parfois des tournages de dramas. Il y a deux ou trois ans, le drama Smoking Gun aurait été tourné ici, avec une actrice que j'apprécie beaucoup. Ce matin il y avait un mariage au restaurant français de l'Institut modestement appelée " La Brasserie ". Il y a vraiment de tout. J'ai fait de bonnes connaissances, autant staff qu'étudiants, tout le monde est sympa et on travaille dans une bonne ambiance. J'ai mon propre poste de travail, je suis autonome, on me fait confiance et c'est gratifiant à fond ! Bon parfois quand les domaines dans lesquels je bosse sont un peu figés car on est tout de même 7 à bosser sur le stage intensif, je m'ennuie un peu, mais je trouve toujours quelque chose à faire.

Bref, je vous souhaite une bonne journée (même si en France c'est encore très tôt), et vous dis à bientôt !

Opinions

  1. Et on dit que les japonais sont plus civilisés ? Ahah les gens n'ont pas pris les transports en communs avec eux alors :P

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahaha ils sont civilisés mais ça dépend pourquoi ... (:

      Supprimer
  2. Non mais ne me parle même pas de la station de Shinjuku punaise. Entre Ikebukuro et Shinjuku, je prenais la yamanote, et pour descendre à Shinjuku, mais une épreuve de Koh-lanta quoi. Ce que je redoutais le plus c'était le passage à Baba, là où le plus de gens montent dans le train XD

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Shinjuku ma hantise ultime ... A vie. Non mais vraiment.
      Effectivement j'ai déjà pris la Yamanote un paquet de fois et le passage à Takadanobaba est affreux xx Pis moi la Sobu-sen était pas mieux le matin pour aller à Iidabashi T-T J'avais envie de pleurer ahaha

      Supprimer
  3. Ce rythme de vie me fait assez peur quand je serai là-bas.
    Bon pendant 3 mois, l'école ne préfère pas qu'on travaille, et je suis d'accord. Au moins pendant les 3 mois je pourrai bien travailler mon japonais et profiter de mon temps libre. Mais je vais absolument avoir besoin de travailler, et j'ai peur d'avoir un train de vie soutenu au point où les seuls moments où je suis dehors c'est pour marcher de la station à mon futur chez moi XD

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est un coup à prendre, mais qui m'a suffisamment coupé l'envie de vivre au Japon. J'ai réalisé que je préfère y aller régulièrement en vacances et profiter des bons moments du Japon sans l'angoisse du travail.
      Un petit conseil pour bosser en parallèle de l'école : donne des cours de français si tu t'en sens capable, pour les raisons suivantes :
      - ça prend pas trop de temps (surtout si tu fais cours près de chez toi, c'est souvent eux qui se déplacent ou alors ils te payent les transports)
      - c'est hyper bien payé (les japonais sont prêts à payer cher pour ça)
      - tu n'es pas obligée de maîtriser le keigo (ce qui est le cas dans 95% des jobs là-bas, je parle d'expérience je me suis fait refouler plusieurs fois pour ça)
      - tu fais des rencontres incroyables (j'ai rencontré ma famille d'accueil comme ça)
      - ça te laisse du temps libre car c'est généralement 2h par semaine et tu es payée comme si tu bossais en restauration XD

      J'espère t'avoir aidée (:

      Supprimer